Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Agenda > Évènements passés - Archive

Journée d’éudes IdEMEC MuCEM LabexMed Amidex

Journée d'éudes IdEMEC MuCEM LabexMed Amidex

8-9 décembre 2016
9:30 - 17:00, I2MP, Fort Saint-Jean (Mucem) Marseille

Espace(s) du revenir : politiques, poétiques, pratiques

Organisées par Azita Bathaïe (Aix-Marseille Université, CNRS, UMR 7307 IDEMEC, LabexMed) et Giulia Fabbiano (Aix-Marseille Université, CNRS, UMR 7307 IDEMEC, LabexMed, ces journées d’études « Espace(s) du revenir : politiques, poétiques, pratiques » souhaitent discuter le revenir comme un « fait social total » et le questionner au prisme de la notion « d’espace(s) d’appartenance » (« home(s) ») d’un triple point de vue : épistémologique,
empirique et artistique. Les études migratoires ont longtemps été dominées par une vision bipolaire des déplacements en insistant sur les liens entretenus avec le périmètre local et/ou national du « chez soi ». Avec l’émergence, dans les années 1990, des notions de circulation, de mobilités et de transnationalisme, l’accent est mis sur le caractère multipolaire des migrations, en soulignant selon les approches et les époques des dynamiques de rupture,
d’investissement imaginaire ou bien d’inscription multisituée. Cependant, rares sont les
travaux qui mettent l’accent sur le « retour » et le « revenir » comme expériences plurielles à part entière, en interrogeant le spectre des dynamiques – politiques, identitaires, mémorielles,
territoriales, économiques – que ces mobilités donnent à voir et des espaces qu’elles habitent.
En posant le revenir comme un acte performatif et parfois paradoxal de l’appartenance, il sera question d’explorer ce que les pratiques de « retour » engagent à l’échelle subjective, collective et sociétale ainsi que les différentes formes spatio-temporelles qu’elles peuvent prendre (« retour contraint », « retour tremplin », « retour temporaire », « retour mémoriel »,« retour réussi », « retour raté », …). Puisque ces pratiques s’interprètent et, par conséquent,se déclinent différemment selon le sexe, la classe d’âge, la place occupée dans la famille et dans la fratrie, les parcours et le milieu social, une attention particulière sera prêtée au positionnement genré et générationnel (positionality) des acteurs, ainsi qu’aux changements de statuts, de rôles, de trajectoires que ces mobilités peuvent, à leur tour, encourager dans un cycle de vie.
A un niveau davantage macro, les journées d’études se proposent de mettre l’accent sur
l’impact de ces mobilités sur les narrations identitaires des groupes et des sociétés concernés, d’un côté en illustrant par des cas empiriques comment ces mobilités réajustent les géographies fragiles de l’appartenance, de l’autre en soulevant l’enjeu de la reconnaissance et de la citoyenneté, et de ses formes d’expression – politique, artistique et littéraire – dans un espace qui transgresse les frontières nationales.
Se déroulant dans le cadre d’un musée de société, ces journées attentives aux productions culturelles qui rendent compte des expériences du revenir, encouragent le dialogue de chercheurs et d’artistes d’horizons disciplinaires et nationaux différents afin de réfléchir conjointement à l’interaction des questions spatiales, identitaires, migratoires et mémorielles, en un mot aux politiques des appartenances, avec une perspective comparative.
Contacts :
- Azita Bathaïe
- Giulia Fabbiano

Affiche et Programme

PDF - 962 ko
PDF - 1.2 Mo