Partenaires

CNRS


Rechercher


Accueil > Agenda > Évènements passés - Archive

Journée d’études - « Domestiquer la modernité. Imaginaires et expériences de la "maison idéale" en Albanie et en Bulgarie »

Journée d'études - « Domestiquer la modernité. Imaginaires et expériences de la "maison idéale" en Albanie et en Bulgarie »

Vendredi 6 juin 2014
10h00-16h30, MMSH - Salle 2


Journée d’études de l’axe 1 - « Corps et parenté » de l’Idemec



L’installation des régimes d’inspiration soviétique dans les Balkans au lendemain de la Seconde Guerre mondiale est généralement perçue comme une phase de modernisation pour des pays largement restés en marge de l’urbanisation et de l’industrialisation du reste de l’Europe. Le domaine de la famille ne fait pas exception et on assiste alors à une transformation des relations familiales en faveur de la famille conjugale et au détriment de solidarités lignagères ou villageoises. Parallèlement, on voit apparaître une politique de l’habitat qui est à la fois incitation et réponse aux transformations de la famille. Des « modèles » d’habitation sont élaborés, en ville comme à la campagne, et appropriés par la population.
Un tel schéma doit cependant être nuancé sur plusieurs points. Tout d’abord, le projet socialiste n’est pas le seul à avoir des visées modernisatrices. Des politiques de modernisation de l’habitat ont été mises en œuvre dès la création des États-nations dans les Balkans et la période socialiste ne constitue pas une rupture radicale dans ce domaine, ni avec l’avant ni avec l’après. Il faut d’autre part noter le statut ambigu des types familiaux ainsi opposés, la famille patriarcale traditionnelle faisant l’objet aussi bien d’une stigmatisation que d’une héroïsation tandis que la famille conjugale, signe de modernité, peut aussi devenir foyer d’individualisme. Enfin, les politiques centralisées et l’idéal familial qu’elles promeuvent ne doivent pas masquer la détérioration des conditions d’habitat concrètes et quotidiennes, comme le montre par exemple la quête désespérée de logements dans les années 1990 et 2000.

L’objectif de cette journée est de réfléchir à la mise en place et au devenir de ces « maisons idéales » censées exprimer la modernité du projet socialiste dans les domaines de l’architecture, de l’urbanisme et des relations familiales. Comment émergent-elles, comment sont-elles encouragées par le pouvoir politique ? Quel est leur impact sur les pratiques domestiques et la vie quotidienne, durant la période socialiste et au delà ? Les quatre contributions réunies ici apporteront un éclairage sur la « maison idéale » en Albanie et en Bulgarie et tenteront de réfléchir sur les modalités d’application d’un projet modernisateur à l’espace domestique et aux manières d’habiter.


Programme

10h-12h30

- Introduction, par Gerda Dalipaj et Gilles de Rapper
- Gentiana Kera (Université de Tirana). Urban planning and modernization of private houses in Tirana in interwar period.
- Gilles de Rapper (CNRS, IDEMEC). Le domestique et le collectif. Représentations de la maison et de la famille dans l’Albanie socialiste.


14h-16h30

- Gerda Dalipaj (AMU, IDEMEC). Une maison idéale, mais peut-on y vivre ? Imaginaires postsocialistes et pratiques quotidiennes en Albanie.
- Olivier Givre (Université de Lyon 2). Maison modèle, maison musée, maison ressource. Donner la maison à voir en Bulgarie socialiste et postsocialiste.